#Retour #maison #CULTURE Interview de Ziad Kalthoum

Interview de Ziad Kalthoum

Né à Homs, en Syrie en 1981

Diplômé de cinéma et assistant de réalisation pour films, émissions et séries tv

Assistant de direction ET acteur dans Une échelle pour Damas

2011, réalise son premier documentaire Aydil (autre docu : Al-RaKib Al-Khaled)

2017, réalise film sur la situation au Moyen-Orient : ouvrier syriens construisant un gratte-ciel au Liban alors que leurs maisons sont détruites → guerre en Syrie/ situation des réfugiés au Liban/ question des droits de l’Homme

Version originale :

Do you enjoy your time here at La Roche’s International Film Festival ?

I just arrived like two hours ago and I hope I will meet some film makers and nice people. Like usually in festival, you meet a lot of film-makers, you can talk about movies and you watch a lot of movies. As I told you, I just arrived and I just finished my screening tonight. It was very nice, a lot of questions from the audience. We’ve discussed a lot about our story, the editing, the sound design and everything… That was nice.

Why did you come to a career in cinema?

Because I love cinema. When I was young, I watched a lot of movies. I told myself “maybe this way I can express myself. Maybe I will build my language in the cinema”.

→ In 2011, you directed your first documentary “Aydil”, what is appealing in this type of filming?

“Aydil” was first documentary, medium documentary, 47 minutes. This movie was for me a challenge between me and myself, as my first step as film-maker, to express what I can do myself, how I can use my tools that I studied at cinema school in Russia. You know, the first movie is always a big challenge. I was afraid of this step, but at the end we did it with my team. A lot of people believed in this project. Also, this movie was a special one for me, because it was the first to talk about kurdish people in the media or in art. They don’t have right to talk about themselves, you know. So, my challenge wasn’t only to make a movie, but to choose this kind of art subject, to talk about the kurdish people in our country, in the North. It was me against the regime. In 2009, I started to shoot this movie. The first screening was in 2011, a few months before the revolution. I tried to express myself and let this people talking about themselves also, to tell to other people “we have this kind of sad stories in our country and we have people who don’t have the right to express themselves. We are living together but, as we have rights, they don’t have the same rights.”

As you said, it was a challenge to talk about kurdish people, is it the same challenge with “Taste of Cement”?

Of course ! We have challenges as film-makers every time, you want to build your language as film-maker every time. Every film-maker wants to make his own movie, to make something different from the previous other movies. For me it was like very clear from the first moment, I didn’t want to go to this kind of easy way to make a documentary about the syrian workers or any others. It was very easy to invite someone in front of your the camera and ask him about his life and he will talk to you about ten hours about his life, and after you go to the editing room and edit it. For me, this is not cinema or movie, because the challenge is for me to create your language, to search about yourself as a film-maker, to make something new and to make the audience being impressed about your work and how you deal with this subject and film it.

→ With “Taste of cement”, you show the situation of syrian refugees in Lebanon. Was it complicated to shoot this movie, due to the situation in these two countries and the tensions there ?

It was very difficult. We spent one half year waiting our permission to enter the building in Lebanon. Nobody wants any camera to enter into these buildings, because people are working in the black market. The owners of the buildings are using the workers as slaves. They don’t have any kind of rights, they live in shitty situations and they don’t have right to go out. It was a big challenge also to take the permission from someone. But, our plan was to talk to the owner of the building that we were here to make a movie about the modern buildings after the lebanese war and how their buildings are beautiful, something like this. He agreed with us but he told me we didn’t have the right to go down with the workers living here and no shooting down. I told him it it was ok. So, we finished everything in the tower from the roof to the first etage and then we snaked down and we spend like five nights with the syrian workers. When the owner heard of it, he kicked us out. But, at least, we have recalled everything and caught what he wanted and now it’s time to show this kind of life and tell the world about these people, how they are suffering: they have escaped from their country to find themselves slaves out of their country.

I discussed with a woman outside the room. She told me she got out of the room before the end because it was really pessimistic, that there wasn’t any kind of hope. However, would you say that you’ve tried to transmit hope through this movie?

I know there’s no hope in this movie. It’s a very depressive movie because we are talking about people underground dying after the bombing. We are talking about people who went away from Syria to find themselves slaves in another country. They don’t have right to talk or to go out. They are completely slaves, so of course there’s no hope at this moment. It’s nothing like a clear for us about the future. A lot of syrians are stucked also, like the workers, they are living inside camps. For me, the hope was the act of building. When I saw the workers building this huge tower with this kind of powerful energy, whereas in the same time they are losing their houses, their families. I told myself “this is our hope”. We have this kind of community, they still have energy and positive power to build something. For me, the act of building was such a great act, because everybody was killing in this country. Everybody is fighting, has to be a fighter, should belong to this party or to this milicia or to this army. Everybody wants to fight, wants blood. And these workers were rebuilding another country after another war. It was for me my hope for the future of these people.

→ Do you think that cinema could be a way to change things ?

No, cinema will never make a change. And I’m talking about art, not only cinema. Because, if you look now after the second war, we have like I don’t know how much movies about what happened in the second war and after. Humans don’t want to learn from this war or this war. We have war in Afghanistan, we have war in Syria, before in Lebanon and in Africa. Everywhere now we have war. And everybody wants to build his wall and to be alone. For me, maybe I’m wrong, art is not a change currently, because of the power of politician people and the people who create and sell weapons everywhere. We are trying, as film-makers, to make these people change of course. We want to read what’s happening before what’s art changing things in our community, our society, in this world. I would tell you how much small things change it, but not a lot of things.

Version française :

Comment se passe votre venue au festival ?

Je suis arrivé il y a seulement deux heures environ et j’espère rencontrer des cinéastes et des gens sympas. Comme souvent dans les festivals, on rencontre beaucoup de réalisateurs, on peut parler de films et en regarder beaucoup. Comme je le disais, je suis juste arrivé et la projection de mon film vient de se terminer. C’était très sympa, beaucoup de questions du public. Nous avons échangé longuement sur l’histoire, le montage, le design sonore et tout ce qui concerne le film… C’était vraiment bien.

→ Pourquoi vous êtes-vous lancé dans le cinéma?

Parce que j’aime le cinéma. Quand j’étais petit, je regardais beaucoup de films. Je me suis alors dit “peut-être que ça pourrait être un moyen de m’exprimer. Peut-être que je peux réussir à construire mon langage grâce au cinéma.”

→ En 2011, vous avez réalisé votre premier documentaire “Aydil”, qu’est-ce qui vous a attiré dans ce type de réalisation?

“Aydil” est mon premier documentaire, moyen métrage, 47 minutes. Ce film était pour moi un challenge entre moi et moi-même, en tant que premiers pas de réalisateur, de montrer ce que je pouvais faire, comment j’utilisais les outils que j’avais appris à l’école de cinéma en Russie. Vous savez, le premier film est toujours un gros challenge. J’avais peur mais au final, avec mon équipe, nous l’avons fait. Beaucoup de gens croyaient en mon projet. Aussi, ce film est spécial pour moi, parce que c’est la première fois que l’on parle des Kurdes dans les médias ou dans l’art. Ils nous pas le droit de parler d’eux-mêmes, vous savez. Donc, mon challenge n’était pas seulement de faire un film, mais de choisir ce type de sujet, de parler des Kurdes dans notre pays, dans le Nord. C’était moi contre le régime. En 2009, j’ai commencé à tourner. La première projection s’est passée en 2011, quelques mois avant la révolution. J’ai essayé de m’exprimer et également de laisser ces gens parler d’eux afin de dire aux gens “nous avons ce genre d’histoires tristes dans notre pays and il y a des gens qui n’ont pas le droit de s’exprimer. Nous vivons ensemble, mais alors que nous avons des droits, ils n’ont pas les mêmes.”

→ Comme venez de le dire, c’était un défi de parler du peuple kurde, est-ce la même chose avec “Taste of Cement”?

Bien sûr ! Nous avons constamment des défis à relever en tant que cinéastes, on veut à chaque fois construire notre langage. Tous les réalisateurs veulent faire leur propre film, créer quelque chose de différent des autres films déjà sortis. Pour moi, c’était clair depuis le début que je ne voulais pas m’engager dans cette voie facile de faire un documentaire sur les ouvriers syriens ou d’autres. C’était très facile de faire venir quelqu’un devant la caméra pour qu’il parle de sa vie pendant dix heures, ensuite aller en studio et le monter. Pour moi, ce n’est pas du cinéma ou un film, parce que le défi est de créer son propre langage, de se chercher en tant que réalisateur, de faire quelque chose de différent et impressionner le public par son travail et sa manière de traiter ce sujet et le filmer.

Avec “Taste of Cement”, vous montrez la situation de réfugiés syriens au Liban. Etait-ce compliqué de tourner ce film, au vu de la situation dans ces deux pays et les tensions là-bas?

C’était vraiment difficile. On a passé un an et demi à attendre la permission d’entrer dans le bâtiment au Liban. Personne de veut de caméra au sein des tours, car les gens y travaillent au noir. Les propriétaires des immeubles utilisent les ouvriers comme des esclaves. Ils n’ont aucun droit, ils vivent dans de sales conditions et n’ont pas le droit de sortir dehors. C’était donc également un gros challenge d’obtenir la permission de quelqu’un. Cependant, notre plan a été de dire au propriétaire que nous faisions un film sur les nouvelles constructions d’après la guerre, la beauté des nouveaux bâtiments, quelque chose comme ça. Il était d’accord mais m’a dit de ne pas aller au sous-sol avec les ouvriers qui vivent là et de ne pas filmer. J’ai acquiescé. Nous avons donc fini les scènes dans la tour, du sommet au premier étage puis nous nous sommes faufilé au sous-sol durant cinq nuits avec les ouvriers syriens. Quand le propriétaire l’a su, il nous a viré. Mais au moins, nous avons tout enregistré et filmé ce que nous voulions et maintenant il est temps de montrer cette vie et prévenir le monde sur ces gens, leur souffrance : ils se sont échappé de leur pays pour se retrouver esclave loin de chez eux.

J’ai discuté avec une dame en dehors de la salle. Elle m’a dit qu’elle était sortie de la salle avant la fin car le propos était très pessimiste, qu’il n’y avait aucun espoir. Cependant, diriez-vous que vous avez essayé de transmettre de l’espoir à travers ce film?

Je sais qu’il n’y a pas d’espoir dans ce film. C’est un film très dépressif car nous parlons de gens qui meurent sous les bombes. On parle de gens qui se sont enfuis de Syrie pour se retrouver en esclavage dans un autre pays. Ils n’ont pas le droit de parler ou de sortir en dehors de la tour. Ils sont complètement esclaves, donc évidemment qu’il n’y a pas d’espoir à ce moment là. Ce n’est rien d’autre qu’une mise en lumière de notre futur. De nombreux syriens sont pris au piège comme les ouvriers, mais cette fois dans des camps. Pour moi, l’espoir se situe dans l’acte de construire. Quand j’ai vu les ouvriers construire cette immense tour avec cette énergie puissante, alors qu’au même moment, ils perdent leurs maisons, leurs familles. Je me suis dit “ça c’est notre espoir”. Nous avons cette “communauté” si on peut dire, ils ont encore l’énergie et la force positive de construire quelque chose. Pour moi, l’action de construction était un acte grand, car tout le monde s’entretue dans leur pays. Tout le monde se bat, doit se battre, doit appartenir à tel parti, telle milice, telle armée. Tout le monde veut se battre, veut du sang. Et ces ouvriers reconstruisent un autre pays que le leur, après une autre guerre. C’était mon espoir pour le futur de ces gens.

→ Pensez-vous que le cinéma peut changer les choses ?

Non, le cinéma ne peut pas créer de changement. Et je parle de l’art, pas seulement de cinéma. Car, si on regarde depuis la seconde guerre mondiale, il y a je ne sais combien de film relatant de la situation du monde depuis cette guerre. Les humains ne veulent pas apprendre de cette guerre ou cette guerre. Il y a la guerre en Afghanistan, en Syrie, avant au Liban ou en Afrique. Il y a des guerres partout. Et tout le monde veut se construire son mur et être seul. Personnellement, j’ai peut-être tort, l’art ne change pas les choses actuellement, à cause du pouvoir des politiciens et de l’industrie des armes présente partout. Nous essayons, les réalisateurs, de faire changer ces personnes évidemment. Nous voulons analyser ce qui se passe avant de voir ce que l’art peut changer dans nos communautés, notre société, dans ce monde. Je pourrais vous dire à quel point de petites choses peuvent changer la situation, mais elles sont peu nombreuses.

Julie Armouet

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CULTURE
#Les commentaires sont clos

#Regardez aussi :

Quelques pièces de théâtre de Federico García Lorca

Cet article est lié à la conférence de l’Université Permanente qui se tiendra jeudi 22 nov…