Seule


Ma mère me répétait quand j’étais enfant : « Petite princesse, fuis celui qui te voudra du mal ». Sur mon chemin j’ai rencontré un homme, l’histoire d’une vie, me semblait-il, celle que l’on me comptait chaque soir à mon chevet.

« Quelle naïveté, ma pauvre fille ! », me sermonnait une petite voix intérieure.

Ta carrure protectrice, Ton sourire rassurant et tes mains poignantes, tu m’as fais oublier les recommandations si chères à ma mère.

Devenu la raison pour laquelle je me réveillais chaque matin, tu auras laissé des traces à jamais gravées sur mon corps. Ce corps sale que je n’ose plus regarder ni toucher. Seule dans mon lit à t’attendre, tu revenais imbibé de cette odeur qui m’était devenue familière et puis…

L’histoire d’une nuit qui a brisé ma vie.

Cassiopée Francheteau

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CREATIONS
#Les commentaires sont clos

#Regardez aussi :

[Humeur] 18/10/2018, Journal d’une étudiante (exténuée mais enthousiaste) au Festival International du Film de La Roche-sur-Yon

Nous sommes le jeudi 18 octobre et le Festival International du Film de la Roche-sur-Yon s…