Le rouge gorge

C’est le matin, les gazouillis des oiseaux résonnent dans la vallée. Réveillé par le vacarme, tu pointes alors le bout de ton bec. Observant les alentours, tu observes et guettes le moindre mouvement suspect. Un prédateur serait-il caché dans les fourrés ? Qu’y a-t-il dans ces arbres ? Qu’y a-t-il derrière ces rochers ? Je sais que tu as remarqué ma présence,  mais tu sais que je ne te veux aucun mal. Tu connais les humains, ils sont un peu idiots mais il ne sont pas bien méchants. Finalement, voyant qu’il n’y a rien d’alarmant dans les environs, tu sors de ta cachette. Je vois maintenant ton petit corps de passereau. Encore engourdi par le froid, tu frissonnes. Tes plumes se hérissent légèrement. Il fait beau, l’air est doux. La neige finit de fondre. Pas de doute, c’est le printemps. Tu le sais, tu sautilles d’impatience. Pour t’en assurer, tu entreprends de gravir le nichoir qui te sert de refuge. Tu manques de glisser sur les résidus de neige, mais tu parviens sans difficulté à atteindre le sommet. Tu lèves les yeux et tu constates l’apparition des premiers bourgeons. La joie et l’excitation se lisent dans ton regard. Pour exprimer ta joie, tu ne peux t’empêcher de chanter. La famine est terminée. Tu vas enfin pouvoir t’en mettre plein le gosier. Explorer, défendre ton territoire et rechercher une femelle seront tes priorités. Le moment du premier envol printanier approche, je saisis délicatement mon appareil photo. J’évite de faire le moindre mouvement brutal mais le bruissement de mon anorak attire ton attention. Tu te retournes alors et tu me fixes du regard. Finalement, ne serais-je pas un danger ? Dois-tu prendre le risque de rester ? Dois-tu fuir ? Voyons ! Même si tu es encore un peu frêle, tu es beaucoup plus vif que moi, je n’ai aucune chance de t’attraper. Bougeant la tête de droite à gauche, tu me jauges, tu me juges, tu évalues ma dangerosité. Tu ne vois qu’un pauvre vieillard en anorak vert assis sur un sol détrempé par la neige fondue. Tu retournes alors à tes occupations mais tu restes sur tes gardes. Tu me zieutes toujours du coin de l’œil. Est-ce-que tu ne serais pas en train de poser pour moi ? Me dis-je en esquissant un sourire. C’est à ce moment que je presse le déclencheur. Voyant que j’abaisse mon appareil, tu contemples alors le ciel azuré. Me jetant un dernier regard de complicité, tu t’étires. Je ferme alors les yeux une fraction de seconde et tu as disparu. As-tu seulement existé ? Cette merveilleuse rencontre était-elle le fruit de mon imagination ?

 

Louis LEVÊQUE

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CREATIONS
#Les commentaires sont clos

#Regardez aussi :

Lettre d’amour pour Anna ; la Anna de « Anna », de Pierre Koralnik – ce jeudi 18 à 14h au Concorde (en présence d’Anna Karina)

Élodie Pénisson s’est éprise pour la Anna (Anna Karina), dans « Anna » de Pierre Kor…