Héloïse Letissier, de son premier nom de scène Christine and the Queens, est désormais Chris. La chanteuse, auteur-compositrice, interprète, productrice nantaise, de 29 ans qui a rencontré le succès  à la sortie de son 1er album en 2014 a annoncé son retour à l’occasion de son nouvel album le 21 septembre dernier : celui de la maturité. Même son physique et sa danse ont changé. On pourra le constater au Zénith de Nantes le 4 décembre prochain.

Il y a deux mois, avec son nouveau titre « Damn, dis-moi » Christine & the Queens annonçait son grand retour sur la scène mondiale. Pour signer ce come-back réussi, Christine & The Queens a affiné son personnage. Adieu les queens, et bienvenue à Chris. Ses inspirations : Michael Jackson, Eminem, Madonna, G-Funk, une musique mélodieuse mêlant le rap, le funk et le disco.

Christine and the Queens que l’on peut désormais nommer Chris s’est recluse dans la création et la production de ses futurs titres, durant de longs mois. Attendue de pied ferme par ses nombreux fans, l’artiste n’a pas déçu son fidèle public en lui offrant un tout nouveau single à la hauteur des espérances. Quatre ans après le succès de son premier album Chaleur humaine, composé dans sa chambre d’adolescente de St-Sébastien, près de Nantes,  avec un ordinateur portable et le logiciel Logic Pro X, Christine and the Queens est revenue dans les bacs avec un nouveau nom de scène, une nouvelle identité physique, un nouveau style musical et un deuxième disque éponyme. Sur l’affiche de sa tournée 2018, les cheveux coupés à la garçonne, la Nantaise affiche un physique androgyne. Elle affirme son nouveau crédo à travers l’affiche de sa tournée sur laquelle le « tine » et les « Queens » ont été rayés volontairement au feutre vert. Une manière pour Chris de se réinventer, elle qui s’était déjà imaginée en homme.

Elle se confie sur son changement d’identité : « Il va falloir s’habituer à m’appeler Chris. Ce cycle qui s’ouvre avec ce nouveau titre et ce deuxième album, il est celui de l’évolution du personnage. Chris c’est un surnom avec encore moins de genre, avec encore moins de manière aussi. C’est aussi une façon très rapide d’appeler une petite canaille ».

La femme patronne, athlète et puissante a également adopté un nouveau style artistique, le titre phare « Damn » de son premier album, en tant que Chris s’inspire musicalement du groupe américain funk Cameo ainsi que de Mickael Jackson dans la période Dangerous. Un titre aux touches charnelles, rythmées, flamboyantes. Pour affiner son univers visuel et ses chorégraphies aux allures de comédies musicales, l’artiste a travaillé avec le collectif La Horde.

Autant les clips de son album Chaleur humaine étaient marqués par une certaine cohérence avec des décors minimalistes et très épurés, autant « là on est dans l’éclatement et c’est volontaire », revendique-t-elle. Avec le succès phénoménal de son premier album, la chanteuse se défend de s’être laissée enivrée par la célébrité et l’argent.

Cassiopée Francheteau

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #CHANSONS
#Les commentaires sont clos

#Regardez aussi :

[Retour sur] Le concert de « Love Supreme » qui s’est déroulé lors du FIF au Fuzz’Yon le 18 novembre

Il y a quelques semaines se déroulait, en la ville curieuse (au sens de fouineuse !) qu’es…