Le film que Max Boublil a co-écrit avec le réalisateur Anthony Marciano a été lundi et mardi l’une des attractions du FIF 2019. En lice pour le prix du public, Play plait.

Play, c’est l’histoire de la vie de Max Boublil, racontée par lui-même, à travers son caméscope. Déjouons les a priori de ce film hilarant.

– Play est un film qui ne va parler qu’aux jeunes : FAUX

La Coupe du monde 1998, l’an 2000, le bac, le permis, le mariage, le premier enfant, le développement de la technologie, autant de moments marquants qui parlent à toutes les générations. Autant d’étapes de la vie de l’acteur, des années 1990 à aujourd’hui. Même si les références peuvent ne pas être accessibles à tous, elles n’altèrent pas la compréhension du film.

– Un procédé en réalité déjà vu : VRAI

L’idée de se filmer soi-même avec une caméra n’est pas nouvelle : Demain et encore demain, journal filmé d’une dépression de Dominique Cabrera, les films d’Alain Cavalier, La Pudeur ou l’Impudeur d’Hervé Guibert tourné pendant les deux dernières années d’agonie. L’épaisseur du temps qui passe a déjà été traitée par Boyhood, de Richard Linklater, tournant pendant douze ans un jeune Texan passant de l’enfance à l’âge adulte. Son projet suivant, Merrily We Roll Along entend étirer son tournage sur vingt années. Play explore cette veine, version vlog biographique.

– C’est un film sans scénario : FAUX

L’enchaînement de plein de petites histoires forme l’histoire de la vie de Max Boublil, de manière plutôt humble. De sa jeunesse insouciante à ses premiers pas sur scène, en passant par ses petits boulots, c’est aussi la difficulté du métier d’acteur qui est mise en avant, montrant toute la détermination qu’il faut pour y arriver.

– On rigole du début à la fin : VRAI

Le film est hi-la-rant. Jeunes ou adultes, Max et ses copains arrivent toujours à faire rire, par leur vision très joueuse de leurs vies. En abordant des sujets de la banalité de la vie quotidienne, cet humour satisfait tout le monde.

Le film devrait sortir pour le grand public en début d’année prochaine. Alors, sauf pour les chanceux qui bénéficieront des avant-premières, il faudra être patient ! Vingt-cinq ans de la vie d’un Max :Vous verrez bien si ça vous play.

Antoine Judit

> Retrouvez aussi ici un portrait de Max Boublil

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FIF 2019
#Les commentaires sont clos