L’alliance des studios Disney-Pixar a produit pour Noël 2017 un véritable bijou d’émotion. Une production mortelle… dans le bon sens du terme.
Le pari était complexe : ​la thématique de ​Coco consiste à évoquer la mort et la transmission familiale à travers la Fête nationale mexicaine El Dia de los muertos (Le Jour des Morts). Derrière la découverte des cultures lointaines qu’il nous apporte, se cache de nombreuses valeurs familiales. Coco plonge dans l’histoire de sa famille et dans sa mémoire parfois difficile à accepter ; histoire imprévisible et semée d’embûches à cause d’une affaire d’héritage.
Un sujet sensible opposé à un univers décalé, coloré voire même ultra-coloré : voici ce qui rend ce film très joyeux et beau. Un univers qui n’effraie pas les plus jeunes avec des squelettes qui sont hypers-animés, des musiques entraînantes et un humour grand public. Même un enfant de moins de 7 ans peut comprendre la confrontation entre les deux mondes, celui des vivants ou celui des morts. L’ensemble compose un voyage extraordinaire qui leur révélera la véritable histoire qui se cache derrière celle de la famille de Miguel.
Une histoire sortie en 2017 qui alors revenait de loin. C’est en effet en 2011 que l’équipe du film était partie à la conquête du Mexique. Pour un projet prévu en 2015, la non-précipitation avait alors eu du bon. Les réalisateurs Adrian Molina et Lee Unkrich avaient eu la sagesse de passer six ans à approfondir le projet et à peaufiner le scénario. Il faut parfois laisser traîner une histoire pour qu’elle gagne en intensité.

Noémie Armouet

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FILMS
#Les commentaires sont clos