« Lili jeune femme de dix-neuf ans, revient chez ses parents après avoir passé des vacances en Espagne. Elle apprend alors que son frère jumeau, Loïc, a disparu après une dispute avec leur père. Touchant, et servi par un magnifique jeu d’acteurs.

Entre douleur et désespoir, Lili (Mélanie Laurent) cherche désespérément à contacter son frère jumeau. Après plusieurs mois sans nouvelle, elle bascule dans l’anorexie et doit être hospitalisée. Ses parents sont désemparés, ils savent que sans nouvelle de son frère, Lili se laissera mourir.

Je vais bien ne t’en fais pas, est touchant et bouleversant. L’intrigue du frère disparu reste un mystère jusqu’au bout. Lili va-t-elle sortir de la dépression ? Va-t-elle se relever et décider d’avancer ? Que c’est-t-il vraiment passé pendant que Lili était en vacances ?
D’une rare puissance émotionnelle, Je vais bien ne t’en fais pas, traite d’un sujet fort (la disparition d’un proche) avec beaucoup de retenue et de sobriété. De plus, la célèbre musique U-Turn (Lili) de Aaron renforce considérablement les tristesse et mélancolie du personnage principal dans ce film. Le réalisateur a choisi la lenteur qui renforce les émotions du spectateur s’identifiant à l’actrice Mélanie Laurent. Réaliste, sensible et touchant, son personnage est à la recherche de son frère mais surtout à la recherche d’elle-même, tourmentée par une absence insupportable. Une question hante tout le film : va-t-elle surmonter cette douleur ?

Déprimant, mais touchant. Triste mais bouleversant. Simple mais profond, Je vais bien ne t’en fais pas, est à regarder sous la couette en une journée pluvieuse d’automne afin de lever le voile sur le mystère d’une disparition. Il est si bon, parfois, de pleurer.

Salomé Bossart

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #FILMS
#Les commentaires sont clos