Qu’est ce qui vous a donné envie de vous asseoir dans ce fauteuil ? C’est la question que nous nous sommes posée. Avant/Après : la rubrique où l’on compare ce que l’on a imaginé d’un film à partir du résumé avec ce que l’on a vu.
Zoom aujourd’hui sur “The Hole in the Ground”, le nouveau film de Lee Cronin. Ce film d’horreur programmé au Festival International du Film de la Roche-sur-Yon s’annonçait effrayant. La bande annonce posait le cadre habituel du film d’horreur : une musique monotone, des scènes calmes puis beaucoup trop mouvementées et une histoire au semblant ordinaire, mais qui finit par devenir surnaturelle au possible. On rentrait dans la salle en sachant pertinemment que les gouttes de sueur et les cris seraient au rendez-vous.

En sortant, certains spectateurs de cette première diffusion du festival sont sortis un peu déçus. Devant nous défile un film à deux rythmes : la peur et l’ennui. L’histoire en elle-même n’est pas très recherchée : une jeune maman se rend compte que son fils n’est plus le même depuis une visite dans la forêt et se retrouve à affronter une bête possédée. Quand la musique, la colorimétrie et la lenteur des scènes ne nous faisaient pas angoisser à l’idée d’un potentiel “screamer”, l’ennui était bien présent. Une histoire finalement peu profonde, sans autre intérêt que de faire peur. Et encore, alors qu’on les attendaient, aucun cri dans la salle, pas la moindre ni goutte de sueur d’effroi.

Maëlys Braque
> Lire un autre avis plus enthousiaste ici

#D'autres articles ?
#Plus à ce propos ? #COMPETITION INTERNATIONALE
#Les commentaires sont clos